Votre guichet unique sur le design

Vers une architecture biophilique

SHARE
, / 141
Vers une architecture biophilique

En septembre 2018 avait lieu le congrès annuel de l’Ordre des Architectes du Québec à Saguenay et celui-ci portait sur le bois. Bien que le bois ait toujours fait partie intégrante des bâtiments, il est aujourd’hui très tendance et contrairement à ce qu’on peut croire, il est peu connu.

Le bois offre plusieurs avantages et propriétés dans la construction des bâtiments. Il est avant tout durable et de plus en plus utilisé au Québec. Depuis 2015, le code de construction du Québec permet des constructions de bâtiments en bois de six étages alors qu’ils étaient limités à quatre auparavant. C’est pourquoi on aperçoit maintenant des bâtiments non résidentiels ayant une structure en bois où souvent elle est exposée, voire mise en valeur.

Forestry science building UBC - Source sustain.ubc.ca

Forestry science building UBC -Source sustain.ubc.ca

L’utilisation du bois est très large, elle peut être intérieure, extérieure, comme revêtement ou élément structural. Ici au Québec, les essences de bois utilisées en structure proviennent des épinettes, des pins et des sapins. On y retrouve entre autres du bois d’œuvre, du lamellé-collé et du lamellé-croisé.

Dans les bois d’apparence, on voit entre autres le cèdre qui a une très bonne résistance aux champignons et les feuillus qui sont souvent utilisés pour les revêtements de plancher.

Il importe de bien réfléchir à l’utilisation que nous ferons du bois dans un bâtiment pour faire les choix d’essences appropriés. Afin d’en assurer sa durabilité, il est essentiel d’éviter le contact avec l’eau.

Matériau écologique et vivant

Le bois est le seul matériau vert qui a un effet direct sur notre environnement. Plus il est utilisé dans nos bâtiments, plus on réduit les gaz à effet de serre et par le fait même, il contribue à la lutte contre les changements climatiques. Sa transformation requiert moins d’énergie et a ainsi moins d’impact sur l’environnement qu’un autre type de matériau comme l’acier par exemple.

On retrouve le bois dans nos forêts du Québec. Celui-ci est un matériau naturel et depuis toujours il cohabite avec l’homme. On sous-estime ses bienfaits dans notre entourage. C’est pourquoi l’humain, par instinct, a tendance à intégrer le bois et des éléments naturels vivants dans son milieu de vie, comme la lumière naturelle ou les plantes. C’est ce qu’on appelle la biophilie.

Son effet sur l’humain

La présence de la biophilie dans l’environnement immédiat de l’homme apporte plusieurs avantages. Que nous ayons une vue imprenable de notre balcon, un jardin rempli d’arbustes et de vivaces ou encore des fenêtres laissant pénétrer la lumière du soleil, la biophilie contribue à notre bien-être général. Elle joue sur notre humeur, elle réduit notre niveau de stress et par le fait même, elle augmente notre productivité et notre positivisme.

Maison du développement durable - Source AAPPQ-Stéphane Groleau

Maison du développement durable – Source AAPPQ-Stéphane Groleau

Maison du développement durable - Source AAPPQ-Stéphane Groleau

Maison du développement durable – mur végétalisé – Source AAPPQ-Stéphane Groleau

Maison du développement durable - Source Hydrotech

Maison du développement durable – toiture végétalisée – Source Hydrotech

Maison du développement durable. Bel exemple à Montréal d’un concept écologique LEED et d’une architecture biophilique incluant entre autres un mur végétal intérieur continu sur tous les étages, une toiture verte végétalisée ainsi qu’un aménagement de parc urbain incluant plantes et arbres variés.

L’architecture biophilique est de plus en plus recherchée et en vogue au Québec et au Canada. Ce concept intégrant la nature dans l’environnement de l’homme est très tendance en Europe, et ce, depuis quelques années. On dit que cette architecture réconcilie l’humain et son bâti avec la nature.

Aujourd’hui, les villes qui nous entourent ont davantage de béton et d’asphalte que de bois et de végétation. Malheureusement, c’est ce qui cause une différence de climat, entre la ville et la campagne, qu’on appelle îlots de chaleur. Ceux-ci créent une augmentation des gaz à effet de serre et une dévégétalisation en milieu urbain. Ce qui réduit grandement la qualité de vie des citoyens.

L'Oasis d'Aboukir, Paris - Source murvegetalpatrickblanc.com

L’Oasis d’Aboukir, Paris – Source murvegetalpatrickblanc.com

C’est pourquoi ici, au Canada, les architectes et designers intègrent et insistent de plus en plus pour concevoir des bâtiments avec toitures et murs végétalisés ou encore pour aménager des parcs avec une belle biodiversité. En plus des effets sur les humains, les végétaux en ont aussi sur le bâtiment en tant que tel. Les toits verts contribuent à l’amélioration de l’isolation thermique des toitures, ce qui réduit l’énergie en chauffage et en climatisation, tandis que les murs végétaux vivants intérieurs contribuent à une meilleure qualité de l’air entre autres. Tous ces éléments rassemblés aident l’environnement, notre planète et directement nous, ses habitants.

L’architecture biophilique : solution durable et naturelle pour l’homme et son environnement. Bâtir en assurant un meilleur avenir.

Autres lectures connexes :

Aménagement paysager facteur impératif pour un avenir certain

Les bénéfices des toits verts

Les bénéfices d’une construction verte

L’importance de la lumière naturelle en architecture

Davantage sur la Maison du développement durable :

Équiterre

Projets verts

Site intéressant  montrant des réalisations de murs végétaux et de toitures vertes :

Toiture Nature

Références et outils :

Cecobois

Îlots de chaleur

Charte de bois 1

Charte de bois 2

Biophilie

Source image à la une: Interface.com

 

 

PASSWORD RESET

LOG IN